Vie au Long

COUP DE CŒUR
logo-pyrennees-orientales         logo-tarbes        LOGO-ARTE        LOGO-SACD
                              Création au Théâtre Le Paris à Tarbes

 

"Une pièce délicieusement tortueuse. Tableau déroutant et enivrant. Une belle réusssite" LA NOUVELLE RÉPUBLIQUE

Polar musical d'Arnaud Devolontat
Double corde : Première variante, le cinéma fait son théâtre. Deuxième variante, la pièce joue le 7ème art.

Spectacle Tout Public, à partir de 14 ans
5 artistes + 1 technicien
Durée 60 minutes

Synopsis

Pierre Delame, violoniste notoire, vient de perdre sa musique, sa fierté, son amour. Jeanne l'a quitté.
Ce déchirement va être le théâtre d’un jeu schizophrène où vont se confondre le crime, la passion et la trahison.

Création

Auteur - Metteur en scène - Arrangement musical : Arnaud Devolontat
Chorégraphe : Emmanuel Le Menelec
Images : Jean Luc Piacentino

Photos : Florence Moëgling

Distribution

Manuel PonsPierre Delame, le violoniste 
Neus Elfa Puell Jeanne, la femme du violoniste 
Anne SerraJeanne (l'âme) 
Sandie Eckenfelder Jeanne (le corps)
Marie-Pierre Nouveau 
: Clémence, la luthière 
Nadjet Dufresne : Olivia, la marraine de Jeanne 

Note d'intention

Le spectacle commence par la projection d'un Film où les acteurs vont sortir de l'écran pour continuer l'histoire en direct.

Jeu en double corde (le film)
Documentaire de création racontant le montage de la pièce de théâtre Vie au long. Le film montre les acteurs prenant possession de leurs personnages sous les directives du metteur en scène, avec des images empruntées au réel, mais aussi au fantasme Un film entre reportage et art vidéo, mêlant un regard extérieur à une suggestion très sensible.

Vie au long (la pièce)
Polar musical basé sur le jeu. Chacun joue à être la victime, le coupable. Chaque hypothèse engage une autre hypothèse tenues les unes aux autres par les cordes d'un violon.

Le cinéma fait son théâtre, la pièce joue le 7ème art.

 

La presse en parle

« Chants, paroles, interprétations superbes, chorégraphie esthétique et forte…Tour à tour nous sommes lui, elle, eux… amoureux fous, amoureux impuissants passionnés, tous dans le refus de la désillusion et capable du meilleur comme du moins bon. Tous coupables ou personne, juste les sentiments. « 

Fabienne Dubois, Journaliste Nouvel Observateur

« Arnaud Devolontat a fait d’un violon un instrument maléfique. Subtilement mise en scène, le thème de la trahison sur fond de folie est sublimé par l’interprétation des comédiens »

L’indépendant

 » Une pièce délicieusement tortueuse. Tableau déroutant et enivrant. Une belle réussite. »

La Nouvelle République

« Aussi inclassable que réussi ! »

La Dépêche du Midi

En images